Installation obligatoire d’un dispositif antidémarrage par éthylotest (ou EAD) en cas de récidive d’alcool

Si vous souhaitez reconduire, après avoir commis certaines infractions en état de récidive, il sera nécessaire d’installer dans votre véhicule un dispositif d’anti-démarrage par éthylotest électronique pendant un certain temps (article L234-13 du code de la route).

 

Quelles sont les infractions concernées ? En quoi consiste l’installation de ce dispositif ? Est-il possible d’y échapper ?

1- Dans quel cas peut-on m’obliger à installer un dispositif anti-démarrage par éthylotest électronique ?

Vous pouvez être obligé de vous équiper d’un dispositif anti-démarrage par éthylotest électronique si deux conditions sont remplies :

2- En quoi consiste l’installation d’un dispositif antidémarrage par éthylotest électrique ?

Un boîtier est directement branché sur votre démarreur. Lorsque vous mettez le contact, il vous est demandé de fixer l’embout et de souffler. Une fois le contrôle ok, vous aurez alors deux minutes pour démarrer. En cas d’alcool, le véhicule ne démarrera pas.

Cette solution a cependant un coût non négligeable :

  • Les frais d’installation et de désinstallation du système et,
  • Les frais de location du système.

3- Peut-on éviter la mise en place de ce dispositif EAD ?

Dans le cas où vous souhaitez éviter la mise en place de ce dispositif, il vous faut tout simplement vous abstenir de conduire durant la période d’interdiction de conduire sans EAD qui est prononcée par le juge.

Par exemple :

Si vous êtes condamné à une annulation de votre permis de conduire avec obligation de conduire un véhicule muni d’un dispositif EAD pendant 6 mois, vous ne pourrez alors pas conduire pendant 6 mois.

Sur ce point, il est important de préciser que le délai ne court qu’à compter de l’obtention de votre nouveau permis et pas avant !

%d blogueurs aiment cette page :